PARTAGER

MamAfrika TV |  Par Allain Jules

TEL AVIV, Israël (18h00) – Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a menacé dimanche de détruire les systèmes de défense aérienne syriens après la première riposte syrienne contre ses avions israéliens à l’aide de missiles sol-air. Il faut quand même rappeler ici que c’est une violation flagrante du territoire syrien et que nul ne condamne.

« La prochaine fois que les Syriens utiliseront leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation », a déclaré Lieberman à la radio publique israélienne.

>>> Lire aussi : EXCLUSIF. Interview: Patrick Mbeko, auteur de « Objectif Kadhafi »

Avidgor Lieberman
Avidgor Lieberman

Des avions de chasse israéliens ont frappé plusieurs cibles en Syrie vendredi. Suite à la riposte syrienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué que les frappes visaient des armes destinées au mouvement chiite libanais, le Hezbollah.

L’armée syrienne a annoncé avoir abattu l’un des avions israéliens et en avoir frappé un autre alors qu’ils menaient des frappes, tôt, dans la matinée, près de la célèbre ville désertique de Palmyre, qu’elle a repris aux terroristes de Daesh, ce mois-ci.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Puis quoi encore, les sionistes israéliens veulent pas non plus que leurs avions de guerre soient accueillis par des fleurs non plus par les syriens. Qu’ils s’estiment heureux que la Syrie ne bombarde pas massivement le sol israélien par des Missiles sol-sol et autres engins.
    En outre, la Syrie est dans son droit le plus absolu à défendre l’intégrité de son territoire ainsi que son espace aérien, c’est la moindre des choses.

  2. Les avions israeliens sont partis détruire un convois d’armes destinés au Hezbollah.
    Si leurs gosses sont en danger, aucun problème à rentrer chez n’importe qui pour supprimer le danger.
    En l’occurrence des missiles S300 , portée 700 km, charge embarquée 900kg.

    Sinon Israel se fout complètement de la syrie et du liban.

LAISSER UN COMMENTAIRE