PARTAGER

MamAfrika TV | Par Allain Jules

WASHINGTON DC, Etats-Unis (09h59) – La « plus grande démocratie » du monde se mue peu à peu en plus grande escroquerie politique du monde. Quand on s’accroche aux excès, mettant en avant la dérive langagière d’un homme sans même attendre qu’il fasse ses preuves au poste qu’il a conquis avec brio, ça devient de la dictature. Donald Trump sera-t-il destitué ? Si oui, l’Amérique deviendra une dictature et sera encore très mal placée pour donner des leçons au reste du monde. Loin du prêchi-prêcha médiatique, Donald Trump qu’on accusait d’avoir trahi la démocratie se retrouve dans le camp de ceux qui défendent la démocratie. Ce sont bel et bien ses adversaires qui ne sont pas des démocrates…

Donald Trump aura-t-il finalement raison, quand il affirme que les médias et l’oligarchie politique américaine et mondiale lui en veulent parce qu’il est hors système ? Refuser de voir les mails d’Hillary Clinton comme dossier embarrassant et accuser le FBI ressemble bien à une grosse falsification puisqu’elle-même, Hillary Clinton, a reconnu que c’est une « faute ». Et pourtant, c’est bel et bien un crime fédéral. Pourquoi ce favoritisme ? Dire que le chef du FBI a porté un coup à la campagne d’Hillary Clinton est une légende urbaine. Hillary Clinton a tellement racialisé sa campagne qu’elle a perdu cette élection qu’il fallait gagner en Floride et dans l’Ohio.Or, celui qui gagne dans ces deux Etats est assuré d’être président, surtout, concernant les grands électeurs. Alors que la pétition en cours demande à ces derniers de ne pas voter pour Trump, une tentative de déni de démocratie, on comprend que les anti-Trump sont nus et n’ont plus d’argument.

Chercher à renverser la table, qui plus est, aux Etats-Unis, en remettant en cause une élection, la démocratie donc, en dénonçant un système qu’on a soi-même érigé est un cas sans précédent dans l’histoire de la politique américaine en particulier, et mondiale en général. Finalement, est-ce un complot mondial vu le silence assourdissant dans la presse du globe, qui ne condamne pas les manifestants ? Comment comprendre que Twitter puisse fermer le compte d’une légende comme Clint Eastwood parce qu’il a apporté son soutien à Trump ? Comment comprendre que l’appel au meurtre (Etats-Unis, France, Angleterre) du président élu américain ne puisse émouvoir personne ? Nous n’avons pas ici, affaire à des incultes congénitaux, mais à des criminels en col blanc qui pensent toujours donner des leçons aux autres croyant détenir la vérité absolue malgré la déculotté légendaire qu’ils viennent de recevoir…

De nouvelles théories foireuses naissent dans l’expression des mauvais perdants, qui parlent de la « révolte de la rue ». De quelle révolte parlent-ils ? Faut-il désormais qu’en démocratie, la minorité gouverne ?  Celui qu’on méprisait, qu’on traitait de fou est finalement plus malin que ses détracteurs et surtout plus pragmatique qu’eux. Vu le ton de la campagne, on peut aisément comprendre les inquiétudes des alliés des Etats-Unis sur l’orientation de la diplomatie américaine sous la prochaine administration. mais de là à poursuivre inlassablement dans la diabolisation frappadingue de Donald Trump, là, il y a un aveuglement inexplicable. Ceux qui font et défont la vie des autres, des États et tutti quanti, ne savent plus à quel saint se vouer et, c’est tant mieux…

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE