PARTAGER

Par Sports.fr

« Il n’est pas venu pour l’argent. » Ce cadre de la fédération belge, qui s’était confié au site DH.be, n’avait pas menti: Thierry Henry n’a pas intégré le staff des Diables Rouges pour faire fortune. Le meilleur buteur de l’histoire des Bleus, nommé deuxième entraîneur adjoint de Roberto Martinez, ne va toucher « que » 50.000 euros par an dans ses nouvelles fonctions, un salaire dérisoire pour un poste comme celui-là. « Ridicule » même, comme l’a qualifié Sport/Foot Magazine.

L’aspect financier est d’autant moins une motivation pour lui que selon l’hebdomadaire belge, l’ex-attaquant français (39 ans) a décidé de tout reverser à des œuvres caritatives outre-Quiévrain. Les mauvaises langues diront qu’il peut se le permettre et que cet argent, pour lui, ne représente pas grand-chose comparé à son contrat en or chez Sky Sports. Pour son job de consultant sur la chaîne de télévision britannique, « Titi » est effectivement rémunéré 5 millions d’euros par saison.

Mais pour ceux que ces 50.000 euros aideront, c’est beaucoup, et tout le monde ne l’aurait peut-être pas fait… Pour lui, qui possède le diplôme d’entraîneur et a déjà dirigé les jeunes d’Arsenal, cette expérience est avant tout une nouvelle étape, un tremplin vers un poste de manager principal, à terme. Un long apprentissage que l’ancienne icone des Gunners a débuté par une défaite, les Belges ayant subi la loi des Espagnols (0-2), jeudi soir à Bruxelles, en match amical.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE